Une sélection (cliquez sur les flèches pour un accès direct)

Les grands films récents, incontournables sur le tango

=►    Tango, l'exil de Carlos Gardel    1985

=►    La leçon de tango     1997

=►    Tango (de Carlos Saura)    1998

Les films où le tango est le fil conducteur

=►    El Sur    1988

=►    Naked Tango     1991

=►    Cancion desesperada     1996

=►    Milonga     1999

=►    Assassination Tango     2002

=►    La cantante de Tango     2010

=►    Tango Libre     2012

Les films-documentaires concernant le tango

=►    Si sos brujo - une histoire du tango    2005

=►    El ultimo bandoneon     2005

=►    Bar el Chino    2005

=►    Maestros milongueros    2006

=►    Café de los Maestros    2008

=►    Tango café de los maestros & friends    2015

=►    El ultimo tango    2015

Quelques autres documentaires incontournables

=►    Tango, bayle nuestro     1988

=►    Confiteria Ideal     2003

=►    Paris, le tango et Buenos Aires     2008

=►    Tete Rusconi, un vals para Tete     2008

=►    Ad Occhi Chiusi     2010

=►    Leyendas del tango     2015

Quelques autres films en relation avec le tango

=►    Gran Casino     1947

=►    El ultimo payador     1950

=►    Amalio Reyes, un hombre     1970

_________________________ _________________________

Tangos, l'Exil de Carlos Gardel

Fernando Solanas, Argentine, 1985

Musique : Astor Piazzolla, José Luis Castiñeira de Dios, Fernando Solanas

avec : Marie Laforêt, Miguel Ángel Solá, Philippe Léotard, Georges Wilson, Marina Vlady

Danseurs : Edouardo Archimbaud et Gloria

Un groupe d'exilés argentins, pendant la dictature, décide de raconter l'histoire de son déracinement en montant une "tanguedie" ou "tanguedia", un spectacle musical sur le tango, mélange de musique, de danse, de comédie et de tragédie.

Prix spécial du Festival de Venise en 1985.

Un monument ! ... avec une musique d'Astor Piazzolla, et Osvaldo Pugliese en live au Bataclan ... même si la prestation de ce dernier est un peu gâchée par le choix délibéré de danseurs parodiques, type danse sportive, mais peut-être s'agit-il d'un effet voulu, présentant le mélange des cultures tango d'un continent à l'autre. La claque magistrale qu'administre Marie Laforêt, à la fin de la scène, est, à elle  seule, un vrai moment de plaisir.

Dans le troisième extrait on voit Edouardo Archimbaud et Gloria (qui nous on fait l'honneur de venir dans le cadre de Marseille Tango) exécuter une "Milonga loca" endiablée, sur un thème de Piazzolla. Le film contient d'autres séquences de danse : Marie Laforêt dans les bras d'Edouardo Archimbaud, et ce dernier dansant ensuite une autre milonga plus classique, avec sa partenaire, Maria. Un film à voir absolument.

                   

                

                

                

Retour haut de page

_________________________ _________________________

La Leçon de Tango

Sally Potter : coproduction Argentine-France-Angleterre 1997

avec : Sally Potter, Pablo Veron, Gustavo Naveira, Fabian Salas, Carlos Copello, Olga Besio

Lors de l'écriture d'un scénario, Sally rencontre Pablo, un danseur de tango argentin . Alors que les leçons se succèdent, ils tombent amoureux l'un de l'autre et concluent un marché : s'il fait d'elle une danseuse de tango, elle fera de lui une star de cinéma.

Une bande son magnifique, de superbes séquences de danse, une ambiance prenante !... Malgré quelques longueurs de certaines séquences au début du film, la partie dansée, l'essentiel de cette œuvre, restera dans l'histoire des films de tango. Les plus grands sont là, les créateurs de la révolution moderniste du début des années 90, principaux acteurs du renouveau du tango dansé dans le monde, créateurs du style dit "nuevo".

Une œuvre majeure concernant le tango, indispensable pour tous les danseurs !

Figurent, ci-dessous, trois séquences illustratives de ce film, mais il y en a de nombreuses autres, toutes aussi intéressantes.

 

         

       

        

       

Retour haut de page

_________________________ _________________________

Tango (no me dejes nunca)

Carlos Saura, Argentine, Espagne, 1998

avec : Miguel Ángel Solá, Cecilia Narova, Mía Maestro, Juan Carlos Copes, Carlos Rivarola, Sandra Ballesteros, Óscar Cardozo Ocampo, Enrique Pinti, Julio Bocca

Musique : Lalo Schiffrin

Un metteur en scène dont la femme vient de le quitter, distrait son chagrin en se réfugiant dans le travail et se lance à cœur perdu dans un vaste projet de film consacré au tango, mais pas seulement, désirant évoquer, en outre et de façon chorégraphique, l'histoire de son pays.

Festival de Cannes 1998 : Grand Prix de la Commission Supérieure Technique

Un film parfois déroutant mais d'une très grande esthétique, faisant le lien entre les légendes du tango, Carlos Gardel, Tita Merello, le tango contemporain, et l'histoire parfois tragique de l'Argentine.

A noter, une superbe séquence de l'orchestre " El Nuevo Quinteto Real ", avec Horacio Salgán, compositeur du morceau su'il interprète, " A fuego lento ", avec Ubaldo de Lío, à la guitare, Oscar Giunta, à la contrebasse, Néstor Marconi au bandoneón, et Antonio Agri au violon.

     

       

        

       

Retour haut de page

---------------- En relation directe avec le tango -----------------

El Sur    1988

Fernando Solanas, Argentine

Musique : Astor Piazzolla

Au chant : Roberto Goyeneche

avec : Susú Pecoraro : Rosi Echegoyen  /  Miguel Ángel Solá : Floreal Echegoyen  /   Philippe Léotard : Roberto  /  Lito Cruz : El Negro  /  Ulises Dumont : Emilio  /  Roberto  Goyeneche : Amado  / Gabriela Toscano : Blondi  /  Mario Lozano : Echegoyen

Floreal Echegoyen, emprisonné depuis cinq ans, est libéré quand s'achève la dictature en Argentine. Il déambule sans but à travers la ville, et ne reconnaît plus le monde dans lequel il vivait. Grâce au témoignage d'un ami disparu, il apprend ce que fut l'existence de ses compatriotes durant ses années de prison ...

En dehors de l'intérêt pour cette œuvre magistrale, intérêt pour l'histoire de l'Argentine, et même si les séquences de danse en sont quasiment absentes, les amateurs de tango, apprécieront les orchestres et chanteurs, la musique de Piazzolla et la présence exceptionnelle de Roberto Goyeneche. Un chef-d'œuvre !

   

                

                

Retour haut de page

_________________________ _________________________

Naked tango

Leonard Schrader, Etats-Unis, 1991

avec : Vincent D'Onofrio, Mathilda May, Esai Morales et Fernando Rey

Musique : Thomas Newman / Orchestres de Raul Garello et Roberto Pancera

Lors de son retour par bateau à Buenos Aires dans les années 1920, une jeune femme échappe à son vieux mari en échangeant son identité avec celle d'une femme qui vient de se suicider. Elle croit que sa nouvelle vie sera celle d'un mariage arrangé, mais constate que c'est en fait une ruse pour la forcer à travailler dans un bordel. Le film joue sur l'association du tango avec les bordels et se rapportent clairement aux pratiques de la traite des blanches.

Il évoque ainsi le réseau de prostitution juif polonais, la Zwi Migdal (anciennement nommée Varsovia), qui était très actif à Buenos Aires au début du vingtième siècle et a été dissous grâce à la première plainte en 1929, d'une prostituée, Raquel Liberman. L'interdiction complète de la prostitution en Argentine fut promulguée en 1936.

Cette vision un peu hollywoodienne et très fantasmée de l'histoire, est en contradiction, entre autres choses, avec le fait que la prostitution de luxe était réservée aux " Francesitas " et que la Zwi Migdal consacrait ses activités à la prostitution de masse, bas de gamme, et dans de sordides maisons d'abatage.

La musique, très prenante, accompagnant les extraits ci-dessous, est de Juan Raggi et Julio Navarrine et s'intitule Oro muerto (Jirón porteño), tango écrit en 1926, et popularisé par l'Orquesta Alfredo De Angelis et Julio Martel, et également, la même année, par Carlos Gardel. Les chorégraphies sont de Carlos Rivarola, (un des tenants du style Villa Urquiza).

Le film est sorti uniquement en version langue anglaise. Vincent d'Onofrio est assez convaincant dans le rôle, et Mathilda May, y est resplendissante.

                 

       

        

Retour haut de page

_________________________ _________________________

Cancion desesperada 1996

de : Jorge Coscia

Musique : José Luis Castiñeira de Dios

avec : Rodolfo Ranni, Maximiliano Guerra, Tony Plana, et Claudio Rissi

Le filme narre la rencontre à New York d'un jeune journaliste et d'un danseur mythique de tango paralytique avec qui il prend des leçons de danse et dont l'épouse tombe amoureux de lui.

La chorégraphie du film est d'Oscar Aráiz. Dans l'extrait choisi Valeria Iñarra apparait et danse avec Maximiliano Guerra.

       

          

Retour haut de page

_________________________ _________________________

Milonga 1999

Emidio Greco, Italie.

Musique : Luis Enriquez Bacalov

avec Giancarlo Giannini, Claudia Pandolfi, Carlo Cecchi

Un commissaire tente de démasquer un couple de dangereux tueurs qui pratiquent le tango. Parallèlement à ses recherches, il essaye aussi de sauver son amour pour la femme qu'il aime et qui cherche à le fuir.

Le film est un prétexte à montrer de nombreuses séquences de tango... Giancarlo Giannini le définit ainsi «un film fou et anormal, quelque chose de différent de ce que l'on voit habituellement». Ainsi, par exemple, la scène du bal dure neuf longues minutes sans le moindre dialogue.

       

          

Retour haut de page

_________________________ _________________________

Assassination Tango 2002

de et avec Robert Duval, Etats-Unis, 2002

Musique : Luis Bakalov, auteur notamment des musiques de Django unchained et Kill Bill 1 et 2.

avec : Robert Duval, Luciana Pedraza, la danseuse et professeur de tango (et sa femme dans sa vie privée) et Ruben Blades. Y apparait également Maria Nueves (voir "El ultimo tango")

Un tueur à gages professionnel, est envoyé en Argentine pour exécuter un nouveau contrat : abattre un ancien militaire, tortionnaire de l'époque fasciste. La rencontre avec Manuela, une très jolie danseuse, qui devient son professeur de tango, rendra sa mission plus difficile ...

Le film tourne autour du tango et la découverte qui peut en être faite à travers les spectacles, les cours, et les milongas. Mélangeant tragique et comique, avec quelques clins d'œil et anecdotes, il se finit, pendant le générique, par une magnifique prestation de Pablo Veron et Géraldine Rojas.

Le film a été entièrement tourné en Argentine, essentiellement en décors naturels ...

   

          

Retour haut de page

_________________________ _________________________

La cantante de Tango

Diego Martinez Vignatti, Argentine - Belgique - Netherland - France, 2010

Musique : 17 tangos sur la bande son, dont Bahia blanca, El ultimo café, Alma en pena, La ultima curda, etc...

avec : Eugenia Ramírez Miori, Bruno Todeschini, et l'apport incontestable d’Alfredo Piró et d’Oscar Ferrari

Helena est un grand espoir du tango. Elle est passionnément amoureuse. Lorsqu'elle passe avec succès une audition pour une résidence dans un prestigieux théâtre de Buenos Aires, sa carrière semble prendre son envol. Mais elle est alors frappée par un drame : l'homme qu'elle aime... ne l'aime plus...

Le film tourne est d'abord consacré au chant et est un hommage au Maestro Oscar Ferrari

       

         

              

              

Retour haut de page

_________________________ _________________________

Tango Libre

Frédéric Fontayne, Belgique, France, Luxembourg, 2012

Musique : Artistes variés

 

avec : Anne Paulicevich : Alice / François Damiens : Jean-Christophe / Jan Hammenecker : Dominique / Sergi López : Fernand Zacharie Chasseriaud : Antonio

Jean-Christophe, gardien de prison vit seul et n'a comme seule distraction que l'apprentissage du tango. A son cours, il rencontre une jeune femme, Alice, et la revoit, plus tard, au parloir de la prison où il travaille. Alice est la femme de deux détenus. JC ne dit rien, et commence à transgresser les règles ....

Une superbe prestation de Chicho Frumboli et Pablo Tegli

         

          

Retour haut de page

---------------- Films et Documentaires -----------------

Si sos brujo - Une histoire du tango

réalisation Caroline Neal   2005

C'est l'histoire admirablement bien filmée de la "passation de témoin" entre deux musiciens, un contrebassiste quadragénaire, Ignacio Varchausky et un vieux maestro, Emilio Balcarce, compositeur, chef d'orchestre et violoncelliste.

A la fois riche en informations, d'une grande qualité des images et du son, parfois émouvant, toujours captivant, ce documentaire est un incontournable de tout amoureux du tango et de sa musique.

A voir absolument !

          

Retour haut de page

_________________________ _________________________

El último bandoneón 2005

réalisation Frédéric Fontayne

Une jeune bandéoniste, Marina Gayotto, cherche à la fois à maitriser la technique du bandonéon et à trouver l'instrument qui lui permettra de s'exprimer pleinement.

Cette quête l'amènera à visiter tous les lieux de Buenos Aires qui font le tango, et à travailler avec le grand maître Rodolfo Mederos.

De belles images qui sortent des clichés touristiques.

Riche, parfaitement documenté, technique mais aussi parfois intimiste, ce film-documentaire nous fait voir la face cachée de l'univers des musiciens.

Incontournable pour les amateurs de bandonéon, l'instrument phare du tango.

         

Retour haut de pagee

_________________________ _________________________

Bar El Chino 2005

sous la direction de Daniel Burak et Frédéric Fontayne

Film, témoignage de l'histoire, Bar el Chino, du nom de son propriétaire, est tout à la fois un documentaire sur la culture tango des quartiers populaires et un voyage dans la musique et l'histoire.

Il raconte la démarche d'un cinéaste qui entreprend un reportage sur ce lieu mythique, cherchant à retrouver les racines du tango.

Au cours de son tournage, il rencontre une autre cinéaste, Martina, arrivée avec le même projet. Sur fond d'intrigue de leur rencontre, c'est un véritable reportage sur les bars où sommeille l'âme du tango, le tout sur fond de crise économique.

Incontournable si on veut comprendre le tango des quartier sud...

où bien peu de touristes s'aventurent...

          

Retour haut de page

_________________________ _________________________

Maestros milongueros 2006

réalisation Bebe Kamin

Pendant trois ans, dans le cadre de l'Association " Academia de estilos milongueros ", de vieux maîtres partagent leurs souvenirs et transmettent leur savoir et leur expérience, à de jeunes danseurs.

Sorte de pendant à Si sos brujo, mais pour la danse, on y écoute avec bonheur, Gerardo Portalea, Osvaldo and Coca Cartery, Margarita Serrantes, Roberto Colombo and Chiquita, et en particulier Pupi Castello et Carlos Gavito.

Un document rare et plein d'enseignements.

Ecoutez ce que dit Gavito et qui concerne à la fois sa jeunesse et la légende des hommes dansant le tango entre-eux.

                

Retour haut de page

_________________________ _________________________

Café de los Maestros 2008

Miguel Kohan

Voyage au pays des anciens, voyage au pays des maestros..

C'est une longue suite de rencontres,  d'interviews, de séquences musicales, de scènes de danse et d'extraits musicaux, qui culminent lors d'un grand spectacle donné au théâtre Colon.

Une occasion rare de faire connaissance avec Mariano Mores, Leopoldo Federico, Ernesto Baffa, Atilio Stampone, Emilio Balcarce, José Libertella, Virginia Luque, Alberto Podestá, Lágrima Ríos, Emilio de la Peña, Horacio Salgán, Aníbal Arias, et Osvaldo "Marinero" Montes.

Une réunion vraiment unique !... et une remarque intéressante dans l'introduction :

"Si en écoutant un tango bien interprété, vous ne frissonnez pas... ne perdez pas votre temps..."

         

Retour haut de page

_________________________ _________________________

Tango café de los Maestros & friends

Enregistré en live dans la salle “El Palacio” de Buenos Aires en 2011

Une salle mythique où se sont produits les plus grands artistes de tango, sert de décor à cette succession de shows de qualité dans l'esprit du tango de scène.

Un hommage est rendu à Edouardo Archimbaud et à Gloria

Le panorama musical va de Carlos Gardel à Otros Aires en passant par Astor Piazzola. A noter un léger désaccord entre l'auteur de ce lignes et le présentateur du trailer, qui situe la période principale de l'immigration en Argentine, au début du 19ème siècle, alors qu'elle se situe fin 19ème et surtout début du 20ème.

On peut apprécier : Juan Carlos Godoy, Rodolfo Mederos, Teresa Parodi & Fernando Suárez Paz, Otros Aires, et Gustavo Mozzi

         

Retour haut de page

_________________________ _________________________

El ultimo tango 2015

réalisation German Kral

L'histoire de toute une vie de tango, celle d'un couple mythique : Maria Nueves et Juan Carlos Copes.

Histoire du tango, mais aussi histoire d'amour, c'est de 1948 à aujourd'hui, le récit d'une rencontre, d'un amour, d'une carrière, de ceux qui sortirent le tango des milongas obscures, pour lui donner une place sur le devant de la scène, et dans le monde entier. Le film tire tout son intérêt, outre l'aspect historique, de la présence de Maria Nueves, à la personnalité attachante.

Participent, Pablo Veron et Alejandra Gutty,  Melina Brufman, mais surtout Ayelen Álvarez Miño, qui incarne Maria Nueves jeune et qui crève véritablement l'écran, accompagnée par le jeune danseur Juan Malizia, superbe couple qui porte le film... mais qui n'apparait pas curieusement au générique...

         

Retour haut de page

Autres documentaires (une petite sélection)

Documentaire : "Tango, bayle nuestro"  : Jorge Zadana, 1988, 70 mn

Une analyse historique et un débat sur le monde du Tango

          

Retour haut de page

Documentaire : "Tango y tango"  : Tourné à La Havane (Festival de Tango) 1984, 84 mn

avec Oswaldo Pugliese, Sebastán Piana, grupu Gotán, Trio Mosalini, etc...

Documentaire : "El Abrazo"  : Jan van den Berg, 1990, 50 mn

Le voyage d'un couple de danseur d'Amsterdam à Buenos Aires

Documentaire : "Tango, the Obsession"  : Adam Boucher, Etats-Unis, 1998, 50 mn

Un voyage dans le monde du tango d'hier et d'aujourd'hui

Documentaire : "Tango, le temps d'une danse"  : Ph. Costantini, Fr, 2000, 58 mn

La passion vécue d' un couple d'amateurs de Paris

Documentaire : "Nosotros"  : Diego Martinez Vignatti, Argentine, 2002, 70 mn

Une histoire de l'immigration en Argentine

Documentaire : "Confiteria Ideal"  : Jana Bokova, Argentine, 2003, 70 mn

Sorte de "Buena Vista Social Club" du tango sur les pas des vieux danseurs, l'évocation d'un lieu magique,  sur fond de crise économique

          

Retour haut de page

Documentaire : "Paris, le tango et Buenos Aires"  : Odile Fillion, France, 2008

L'histoire des allers-retours du tango entre l'Argentine et Paris, qui par deux fois, dans les années 10 puis dans les années 80, sont à l'origine, d'abord, de la "tangomania" de par le monde, puis de son renouveau. Avec tous mes remerciements à Odile Fillion, pour m'avoir donné copie de ce documentaire.

          

Retour haut de page

Documentaire : "Tete Rusconi, un vals para Tete"  : Daniel Tonelli, Argentine, 2008

Un documentaire sur une icône du tango de salon et des milongas de Buenos Aires

          

Retour haut de page

Documentaire : "Ad occhi Chiusi"  : Siomonetta Rossi, Argentine, 2010

Une exploration des aspects sociaux, psychologiques et existentiels que la danse du tango a dans notre société, en mettant l'accent sur l'expérience de protagonistes directs. Avec la participation de Sebastian Arce, Mariana Montes, Chicho Mariano Stromboli, Mauro Zompa, Sara Mazi, Luca di Gorgio, Jeraldine Rojas, Ezechiel Paludi.

          

Retour haut de page

Documentaire : "Leyendas del tango"  : Daniel Tonelli y Marcelo Turrisi, Argentine, 2015

Les légendes du tango qui raconte leur histoire. L'auteur de cette page a eu la chance de travailler avec certains d'entre eux, et même pour quelques uns, de les recevoir dans son école " Marseille Tango ".

          

Retour haut de page

Coffret de documentaires : "Buenos Aires, Días y Noches de Tango"   2008

Collection de 8 dvd, présentés dans un luxueux coffret reprenant la forme d'un bandonéon, et présentant les grands orchestres, les danseurs, les milongas, des interviews inédits des acteurs du tango, et de superbes images de Buenos Aires. Ce coffret a été officiellement offert à de nombreuses personnalités et présidents de diverses républiques.

collection D. Lescarret

contactez nous pour en savoir plus

Retour haut de page

---------------- En relation avec le tango -----------------

Gran Casino

Luis Buñuel, Mexique, 1947

Musique : Manuel Esperón

Avec : Libertad Lamarque : Mercedes Irigoyen / Jorge Negrete : Gerardo Ramírez / Mercedes Barba : Camelia, la danseuse de rumba / Agustín Isunza : Heriberto

On peut se demander comment et pourquoi, Luis Buñuel, plus connu pour des œuvres allant du "Chien andalou" à "Cet obscur objet du désir", en passant par "Belle de jour", "Tristana", "Le charme discret de la bourgeoisie", et "Le fantôme de la Liberté, parmi d'autres œuvres majeures, chantre du surréalisme de surcroit, pourquoi donc, se retrouve t-il dans une filmographie tango ...

En fait seule une séquence, mais d'importance, justifie cette présence : l'interprétation magistrale d "El Choclo" par Libertad Lamarque. Et quelle séquence !

     

                

Retour haut de page

_________________________ _________________________

El ultimo payador

Homero Menzi, Argentine, 1950

Musique : Sebastián Piana et Tito Ribero

Avec : Hugo del Carril : José Bettinotti / Marino Seré : Gabino Ezeiza

C'est un film retraçant la véritable histoire d'un payador très célèbre : José Bettinoti, magistralement interprété par Hugo del Caril.

C'est également une évocation de la milonga ou payada, de contrapunto, qui si l'on en croit Vicente Rossi, dans son ouvrage de référence "Cosas de negro" est une des origines de la Milonga que nous connaissons.

Certes, il n'y a pas de tango dans ce film, mais de la Milonga au Tango, comme disent certains avec humour : "Il n'y a qu'un pas" et surtout il y a derrière, à la production et comme scénariste, le poète Homero Manzi, auteur, entre autres, de la Milonga del Fortin et de la célèbre  Milonga Sentimental.

L'autre intérêt de ce film est également d'évoquer la figure du célébrissime Gabino Ezeiza, une gloire à son époque, et dont le souvenir reste toujours aussi vivace. Certains disent que Gabino Ezeiza et José Bettinotti sont les précurseurs du tango chanté et de Carlos Gardel ...

     

                

Retour haut de page

_________________________ _________________________

Amalio Reyes,

                un hombre

Enrique Carreras, Argentine 1970

Musique : Tito Ribero

Basé sur la nouvelle, du même nom, de Cátulo Castillo

Avec : Hugo del Carril, Luis Medina Castro, Jorge Salcedo, Julia Sandoval et Elsa Daniel

C'est un film racontant les errances d'un mauvais garçon, généreux au demeurant.

Combat de coq, danses du folklore, una pelea con cuchillos (duel au couteau), du tango, toute une atmosphère qui évoque le mélange des cultures entre la campagne de Buenos Aires, et la frange de la ville.

     

                

Retour haut de page